20 octobre 2017

La France insoumise contre la mise en souffrance

Depuis quelques jours, la France insoumise est rentré dans une nouvelle phase de son processus de convention. Il s’agit pour le mouvement de se définir de nouveaux objectifs, d’améliorer ses outils et ses modalités d’action et de préciser ses principes d’organisation.

Le 15 août dernier, une première phase s’était ouverte avec le lancement d’une boîte à idées. Celle-ci avait pour objectif de recevoir les idées des insoumis.e.s autour de 4 axes :

  • Quelles campagnes et quels thèmes d’actions ?
  • Quelles modalités d’actions ?
  • Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ?
  • Quelle organisation pour le mouvement ?

Après plus de 7 semaines, la boîte à idées a été fermée ce lundi 9 octobre. Elle va maintenant faire l’objet d’une première synthèse par des équipes paritaires, représentatives de la diversité du mouvement (membres de l’équipe opérationnelle, animatrices ou animateurs de livrets thématiques, participants de l’espace politique, organisatrices ou organisateurs d’ateliers lors des amphis d’été, etc …). Ces synthèses vont aboutir sur des mesures immédiates et permettre également de préparer les futures étapes de la convention.

Ainsi, la compilation des idées à propos des modalités d’action du mouvement va déboucher sur la préparation par un groupe de travail ouvert de modes d’emploi au service des groupes d’appui. Il s’agira d’irriguer le mouvement des méthodes d’actions nouvelles qui ont été expérimenté au cours des campagnes présidentielles et législatives pour favoriser l’implication populaire, ingrédient indispensable à la révolution citoyenne que nous appelons de nos vœux.

La synthèse de la boite à idées sur les outils va conduire à la mise à disposition des insoumis.e.s de nouvelles fonctionnalités sur la plate-forme numérique. Celle-ci constitue aujourd’hui le cœur du mouvement. Elle occupe les fonctions traditionnelles d’une organisation politique et permet au mouvement de projeter l’essentiel de son énergie vers l’extérieur. Elle a déjà largement évolué depuis le lancement de la France insoumise en février 2016 : le logiciel Nation Builder, qui avait été utilisé à l’origine, a été remplacé par un outil propre offrant une plus grande adéquation aux besoins des insoumis.e.s. Ce processus va se poursuivre avec l’objectif de faire évoluer en permanence cet outil formidable pour faciliter l’implication de toutes et tous.

Le dépouillement de la boite à idées autour des thèmes d’action permettra elle d’ouvrir une seconde phase d’aller-retour autour des futures campagnes nationales du mouvement. Ainsi, si celui-ci a vocation à s’emparer de l’actualité pour jouer son rôle de premier opposant, il doit également décliner des campagnes nationales autour des grands défis qui se présentent au peuple français. Le processus de la convention conduira donc à une consultation en ligne des insoumis.e.s pour sélectionner collectivement les futures campagnes nationales du mouvement.

Enfin, le dernier axe de la boite à idées concerne les principes d’organisation du mouvement. C’est un sujet complexe qui ne sera pas épuisé en quelques mois puisqu’il s’agit ici d’inventer une forme novatrice et non pas de reproduire le fonctionnement d’un parti politique traditionnel. Ces principes doivent permettre de conserver ce qui a fait la force de la France insoumise : un mouvement collectif et inclusif, dans lequel l’avis des insoumis est sollicité régulièrement par des consultations en ligne. Un collectif tourné vers l’action, en interaction permanente avec la société et dans lequel cohabitent des formes, des rythmes et des niveaux d’engagements divers. Un mouvement non dogmatique qui refuse de gaspiller son énergie dans des batailles internes mais la met au contraire au service de la transformation de la société. Une démarche qui conjugue dans une même dynamique l’autonomie d’action de ses groupes d’appui et une capacité à se projeter dans des grandes campagnes nationales.

A partir du mardi 7 novembre donc, après ce travail collectif de préparation, une consultation en ligne des signataires sera organisée sur la plate-forme. Elle permettra à l’ensemble des insoumis de donner leur avis sur les objectifs du mouvement et ses principes d’organisation. C’est à partir des résultats de cette consultation que s’organisera la séance finale des 25 et 26 novembre prochain.

Celle-ci ne sera pas le congrès d’un parti politique traditionnel. Elle sera un temps de mise en œuvre des décisions des insoumis.e.s. Elle aura pour objectifs de penser collectivement nos campagnes nationales pour leur permettre de remplir leurs objectifs et de déployer la France insoumise comme outil au service de l’auto-organisation populaire. Elle sera par conséquent ouverte à la participation de tous les insoumis par l’utilisation des outils numériques permettant une intervention à distance dans les échanges. Elle réunira également des membres présents physiquement sur place, non pas comme représentants des insoumis.e.s mais comme « échantillon » à l’image de la diversité du mouvement. C’est pourquoi les membres de cette séance de mise en œuvre seront désignés par un tirage au sort parmi l’ensemble de celles et ceux qui auront indiqué leur disponibilité à y participer.

D’ici là, tout au long du processus, le mouvement va donc évoluer en interaction permanente avec ses membres. Ses espaces nationaux vont être publiés et disposeront de parties propres sur la plate-forme numérique. Ses livrets thématiques vont se structurer et s’ouvrir à l’ensemble des signataires. Ses groupes d’appui vont disposer de nouveaux outils pour renforcer leur efficacité et leur capacité à agir ensemble. De nouveaux espaces vont voir le jour. Les député.e.s de la France insoumise vont se répartir sur l’ensemble du territoire pour jouer au mieux leurs rôles de représentants du peuple. Il s’agit de répondre concrètement aux attentes des insoumis.e.s de disposer d’un outil le plus efficace possible dans son action au service de la population.

Bien sûr, la France insoumise ne règlera sans doute pas toutes les questions qui peuvent se poser à elle en quelques semaines. Mais elle pourra, à n’en pas douter, renforcer son efficacité pour être en mesure d’assumer ses responsabilités : celles de la première force d’opposition du pays bien sûr. Mais aussi celles d’un mouvement ayant vocation à bâtir une autre société pour être utile dès maintenant au peuple français et préparer, demain, l’avènement d’un avenir en commun.

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram
Partager sur email
Partager par mail

Newsletter

Contact presse