Le retour du gaz de schiste

Le week-end des 27 et 28 février sera un temps fort de mobilisation écologique. Ainsi, un rassemblement massif est prévu le samedi à Notre-Dame-des-Landes pour l’abandon d’un projet néfaste et inutile.

Le dimanche, c’est entre le Gard et l’Ardèche, à Barjac, qu’une marche aura lieu pour exiger l’interdiction en France de l’exploitation des hydrocarbures de schiste.

A ce propos, voici une contribution au journal « L’heure du Peuple » qui rappelle les enjeux de cette mobilisation.

 

Le retour du Gaz de Schiste

Article publié dans le journal « L’Heure du Peuple »

Depuis le 28 janvier, la recherche d’hydrocarbures de schiste est à nouveau autorisée sur cinq départements (Ardèche, Drôme, Gard, Hérault et Vaucluse). Un permis avait été attribué à Total en mars 2010 puis annulé en 2011 suite à l’adoption de la loi Jacob interdisant la technique de fracturation hydraulique sur le territoire français. Mais, le 28 janvier dernier, le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise est revenu sur cette dernière décision.

Les dangers de cette méthode, consistant à injecter sous très haute pression un fluide destiné à fissurer la roche, ont été largement prouvés ces dernières années. Une étude publiée dans la revue Nature en janvier 2016 montre les risques graves pour la santé des produits chimiques présents dans les fluides de fracturation. L’observation de tremblements de terre dans l’Oklahoma en juin 2015 (35 secousses en 7 jours) a également mis en valeur les risques sismiques liés à cette technique.

Prenant acte de cette dangerosité, la loi Jacob contraint les titulaires de permis à remettre à l’autorité administrative un rapport précisant les techniques employées et abroge les permis liés à la fracturation hydraulique. Dans son rapport sur le permis de Montélimar, Total affirme ne pas y avoir recours : l’abrogation du permis, décidé en 2011, n’est donc pas conforme à la loi.

En fait, après avoir cherché à masquer la vérité en faisant pression sur l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), les industries pétrolières et gazières concentrent maintenant leurs efforts sur le développement de méthodes alternatives de fracturation qui ne sont pas interdites en France. Pourtant, aucune technique ne pourra répondre au problème central : la contribution à l’effet de serre de la combustion des hydrocarbures et son impact sur le climat, qui menace la survie même de notre écosystème.

Il y a trois mois, à l’occasion d’une COP21 plus que décevante, la France s’est engagée à maintenir la hausse des températures bien en dessous des 2° C. Les rapports de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) démontrent qu’un tel objectif nécessite de renoncer à exploiter une grande partie de nos ressources en combustible fossile. Pour remplir ses objectifs, la France devrait donc renoncer à l’exploitation des hydrocarbures de schiste et concentrer ses efforts financiers et technologiques sur la conversion écologique de notre appareil productif. La mobilisation nationale du 28 février à Barjac (Gard) est là pour le lui rappeler.

5 commentaires

  • Lepretre M. T.

    On y sera en provenance de la Haute-Savoie.
    M. T. et B. Leprêtre.

  • Chaulet Edouard

    c’est donc un permis que Total a obtenu par fraude puisqu’il n’y a pas d’autre technique que le « fracking » autrement dit  » stimulation de la mère -Roche » ou lessivage des couches »…
    Vu le prix du pétrole les critères de rentabilité « Totalitaires » laissent penser que la multinationale vise des indemnités pour préjudice ,abus de pouvoir de l’Etat.
    Le pouvoir de droite a commis la loi Jacob sous la pression des foules éduquées par les comités; La première pression à froid avant les présidentielles étant révolue ,le nouveau pouvoir a tenté de contourner la loi Jacob au lieu de la renforcer par une nouvelle et définitive exclusion selon la promesse ( pro- messe !) de la COP 21. Au nom de la recherche et de la connaissance, comme si le secret jalousement gardé allait être confié à l’Etat, comme si le préliminaire de la recherche ne devait pas fatalement se conclure par l’acte de l’extraction/exploitation …(A-t’on jamais vu un porc trouver une truffe sans qu’il la mange?)
    Quelque chose me it que ce pouvoir cherche à faire porter le chapeau du ^passage en ruse par le juge . Le politique ne ferait que « respecter l’Etat de droit »…en suivant des attendus juridiques très intimement attendus…
    Il n’y a pas à écarter les idées de blason écologiste à redorer suite au placement des obsédés de portefeuilles ministériels, ou une diversion au moment où le Code du Travail nous ramène à la préhistoire sociale…

  • Teysseire A. Marie

    Bonjour, puisqu’il est question d’écologie: je suis secrétaire d’une ONG écologiste et nous envoyons à tous les candidats un questionnaire sur les enjeux importants pour la préservation de la planète. Pourrais-je avoir l’ adresse mail d’une personne qui pourrait et voudrait y répondre au nom de M. Mélenchon?
    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *