Jadot (A9-0019/2021) Vers un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières compatible avec les règles de l’OMC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières vise à prévenir les fuites carbones (c’est-à-dire la relocalisation d’activités productives européennes vers des États tiers où la règlementation climatique et environnementale, notamment la tarification carbone est moindre, entraînant ainsi une hausse du volume global d’émissions) en s’assurant que les importateurs payent un « prix carbone » identique à celui des producteurs européens. Un tel mécanisme pourrait constituer le premier jalon d’un véritable protectionnisme écologique et solidaire aux frontières de l’Union européenne. Malheureusement, le mécanisme proposé n’est pas une taxe carbone et ne planifie pas la réduction de nos émissions importées ; au lieu de cela, il crée une extension du marché carbone de l’Union européenne ! Or ce marché est une faillite complète ! Pire encore, à l’initiative de la droite du Parlement européen, les droits à polluer à titre gratuit (les allocations gratuites de quotas d’émissions) sont maintenus ! Le mécanisme proposé est donc incapable de répondre à l’urgence écologique puisqu’il repose entièrement sur un système qui organise l’impunité des pollueurs sans même vraiment protéger les travailleurs de nos industries, puisqu’il refuse de favoriser les productions les plus proches géographiquement. Je vote donc à regret contre ce texte.

Renseignez votre email et recevez les actualités de mes luttes tous les mois !