La francophonie mise à mal dans l’UE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Ce samedi 20 mars, nous sommes la Journée Internationale de la Francophonie. Bien plus que le partage en commun d’une langue, la francophonie est un idéal de fraternité, de partage et de coopération entre les peuples. La francophonie et cet idéal sont mis à mal dans l’UE.

En effet, en dépit du départ de la Grande-Bretagne, et sous couvert de pandémie, la domination de l’anglais n’a jamais été aussi grande dans les institutions que sous la Commission présidée par Ursula von der Leyen.

Cette omniprésence de l’anglais est telle que les fonctionnaires francophones de la Commission européenne ont interpellé la présidente de la Commission à ce sujet. Je me suis fait l’écho de leurs revendications dans une question écrite à la Commission.

La Commission a superbement ignoré à la fois la lettre des fonctionnaires francophones et ma question écrite, affirmant qu’il n’y avait aucun problème d’hégémonie linguistique dans les institutions européennes.

Image

La Commission prêterait peut-être davantage attention à la francophonie si le gouvernement français ne se sentait pas obligé d’inviter des députés français en anglais à des événements en anglais la semaine de la francophonie comme relevé par Emmanuel Maurel.

En tout état de cause, notre délégation veillera au grain, aux côtés des représentants de l’Organisation internationale de la Francophonie à Bruxelles, pour défendre la langue française et les idéaux de la francophonie à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne !

La francophonie n’est pas une relique du passé. Elle est une promesse d’avenir en commun pour les peuples qui en sont membres. La France Insoumise défend le projet d’une francophonie politique. Consultez son livret thématique : passer à la francophonie politique !

Renseignez votre email et recevez les actualités de mes luttes tous les mois !