La situation des droits de l’homme au Royaume de Bahreïn, en particulier les cas des condamnés à mort et des défenseurs des droits de l’homme.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Depuis la répression des mobilisations en 2011 et l’invasion du pays par l’Arabie Saoudite, les violations des droits de l’homme ont encore augmenté au Bahreïn. Ainsi, les autorités ont arrêté et torturé les défenseurs des droits de l’homme, des journalistes, des dirigeants de l’opposition, des syndicalistes et des avocats. En tout, des centaines d’entre eux ont été arbitrairement privés de leur citoyenneté, tandis que les militants et les journalistes qui poursuivent leur travail depuis l’exil risquent des représailles contre les membres de leur famille restés dans le pays. Par cette résolution le Parlement demande la fin du harcèlement et la libération immédiate et inconditionnelle de tous les défenseurs des droits de l’homme et prisonniers d’opinion détenus et condamnés pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression, et l’abandon de toutes les charges à leur encontre. Enfin, la résolution demande aux États membres d’arrêter tous les transferts d’armes, d’équipements et de matériel de surveillance et de renseignement susceptibles d’être utilisés par le Bahreïn pour la répression qu’il mène actuellement contre les droits de l’homme. Je ne peux que soutenir cette résolution et espérer une fin rapide de la répression.

Renseignez votre email et recevez les actualités de mes luttes tous les mois !