3 septembre 2020

Les relations entre l’Union européenne et l’Afrique dans le domaine agricole

Nous avons voté le 2 septembre 2020 un Avis en commission de l’Agriculture sur la stratégie européenne UE-Afrique dans sa dimension agricole. Étant rapporteur principal sur ce texte, il m’incombait de rédiger le texte initial et de négocier avec l’ensemble des autres groupes pour obtenir un texte final voté par l’ensemble de la commission Agriculture et développement rural ! Alors, le résultat ?

Retrouvez ci-dessous le fil publié sur Twitter.

Évidemment il n’est pas possible de parler de la relation entre l’UE et le continent africain dans le domaine agricole sans parler des conséquences du libre-échange et du modèle agricole européen sur l’agriculture africaine !

Après de longues négociations nous sommes arrivés à un texte qui appelle clairement à rompre avec la dépendance alimentaire du continent africain envers l’UE par l’instauration d’une nouvelle relation fondée sur le commerce équitable et le développement durable :

Le texte final appelle également à une nouvelle coopération entre l’UE et le continent africain pour établir et renforcer un modèle agricole fondé sur une agroécologie créatrice d’emplois locaux, résistante face au changement climatique et auto-suffisante.

Le texte appelle également à tirer tout le potentiel de ce nouveau modèle agroécologique pour le continent africain en termes de création d’emplois, de chaînes de valeurs locales, et pour une amélioration continue des conditions de vie et de travail.

Le texte dénonce également les effets du recours aux pesticides sur la santé des travailleurs agricoles africains et l’environnement. Le texte exige par ailleurs que l’UE cesse d’exporter vers le continent africain des pesticides dont elle interdit l’usage sur son sol !

Parmi les travailleurs agricoles africains le texte mentionne tout particulièrement les travailleuses ! En effet, les femmes sont au cœur de la production agricole sur le continent et il est donc important de les reconnaître pour ce qu’elles sont : des actrices centrales.

Vous connaissez tou-tes les ravages de la déforestation en Amazonie mais saviez-vous que la déforestation est dramatique en Afrique aussi, et notamment dans le bassin du Congo ? Cette forêt tropicale est pourtant un poumon de la planète ! Le texte dénonce cette situation dramatique et la perte irréversible qu’elle constitue dans la lutte contre le changement climatique, en termes de biodiversité et d’habitat pour les communautés :

L’UE étant grandement responsable par sa consommation de cette déforestation, nous exigeons l’instauration d’un devoir de vigilance contraignant pour les entreprises européennes et leur chaîne de valeur afin de les rendre responsables des dommages qu’elles causent !

Le texte dénonce également une autre pratique scandaleuse qui afflige le continent africain : l’accaparement des terres ! Nous dénonçons l’oppression et l’exploitation qui résultent de ce phénomène et appelons à rendre aux communautés locales l’accès à la terre :

Nous appelons l’UE à remplir ses obligations internationales en augmentant considérablement l’aide publique au développement afin d’aider les paysans africains à faire face au changement climatique, à préserver la biodiversité et à permettre la transition vers l’agroécologie.

Dans l’édification de cette nouvelle relation entre l’UE et le continent africain nous appelons à un renforcement des coopérations entre producteurs, coopératives et associations des deux continents.

Enfin nous demandons à ce que l’ensemble de cette nouvelle relation entre l’UE et le continent africain préserve la souveraineté alimentaire de l’Afrique, son autosuffisance et à la promotion d’une agriculture agroécologique paysanne, locale produisant une alimentation saine.

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram
Partager sur email
Partager par mail

Newsletter

Contact presse