Question sur les discours de haine de responsables gouvernementaux polonais contre les personnes LGBTI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Marc Angel (S&D), Terry Reintke (Verts/ALE), Malin Björk (GUE/NGL), Maria Walsh (PPE), Fabio Massimo Castaldo (NI), Michal Šimečka (Renew), Manuel Bompard (GUE/NGL), Monika Vana (Verts/ALE), Kim Van Sparrentak (Verts/ALE), Manon Aubry (GUE/NGL), Brando Benifei (S&D), Sandro Gozi (Renew), Mario Furore (NI), Frédérique Ries (Renew), Niklas Nienaß (Verts/ALE), Dietmar Köster (S&D), Radka Maxová (Renew), Karen Melchior (Renew), Frances Fitzgerald (PPE), Rasmus Andresen (Verts/ALE), Kathleen Van Brempt (S&D), Gwendoline Delbos-Corfield (Verts/ALE), Gabriele Bischoff (S&D), Chrysoula Zacharopoulou (Renew), Hannah Neumann (Verts/ALE), Sylwia Spurek (Verts/ALE), Pernando Barrena Arza (GUE/NGL), Robert Biedroń (S&D), Milan Brglez (S&D), Rosa D’Amato (NI), Andreas Schieder (S&D), Abir Al-Sahlani (Renew), Fredrick Federley (Renew), Evin Incir (S&D), Alicia Homs Ginel (S&D), Pina Picierno (S&D), Liesje Schreinemacher (Renew), Sándor Rónai (S&D), Irène Tolleret (Renew), Magdalena Adamowicz (PPE), Aurore Lalucq (S&D)

Le commissaire polonais aux droits de l’enfant, Mikołaj Pawlak, a récemment tenu des propos très préoccupants sur l’éducation sexuelle dispensée aux jeunes. Le 1er septembre 2020, il a affirmé, dans le cadre de ses fonctions officielles de médiateur du gouvernement, que des organisations non gouvernementales s’occupant essentiellement d’éducation sexuelle ont «ciblé des enfants instables, abandonnés à eux-mêmes, et leur [ont fourni] des produits pharmaceutiques pour changer de sexe». Il a fait ces déclarations au cours d’une interview accordée à la chaîne d’information TVN24.

De même, la nomination de Przemysław Czarnek au poste de ministre de l’éducation soulève d’autres questions, compte tenu de ses nombreuses déclarations au sujet des personnes LGBTI, telles que: «Ces personnes ne sont pas comme les gens normaux… Protégeons la famille de ce type de corruption, de dépravation, de comportements parfaitement immoraux.»

1. Quelle est la position de la Commission en ce qui concerne la conduite et les propos du commissaire polonais aux droits de l’enfant et du nouveau ministre de l’éducation?

2. Admet-elle que de telles déclarations vont à l’encontre des valeurs que les représentants gouvernementaux devraient défendre (qu’ils soient en charge de l’éducation ou du respect des droits des enfants, y compris leur droit à la santé et à la non-discrimination)?

3. Quelle est sa position quant à la conformité de ces déclarations avec la décision-cadre 2008/913/JAI du Conseil et, pour ce qui est de la diffusion télévisée de tels propos, avec la directive «Services de médias audiovisuels»?

Renseignez votre email et recevez les actualités de mes luttes tous les mois !